19/6/2018

Precious plastic, l’open source pour valoriser le plastique

Lors de la journée passée avec l’équipe Famae* au mois de mai, nous avons fait la connaissance de Dave Hakkens, hollandais fondateur de Precious Plastic. Ce projet collaboratif vise à favoriser le recyclage du plastique, par tous et partout dans le monde. Un projet ambitieux et qui fait du bien.

En 2013, Dave Hakkens a réalisé son projet de fin d’étude sur la conception d’une machine pour recycler le plastique soi même. Ce projet d’étude s’est transformé en Precious Plastic, une activité qui rassemble aujourd’hui une communauté dans le monde entier. La particularité de Precious Plastic c’est son état d’esprit, orienté d’abord vers la résolution d’un problème avant d’être orienté vers un business modèle.

En lançant Precious Plastic Dave Hakkens veut participer à la réduction des déchets plastique en augmentant le niveau de recyclage. Mécaniquement recycler le plastique représente un moyen de limiter la production de plastique, de réduire les déchets plastique et de valoriser la filière de l’économie circulaire.

La vision.

Dave Hakkens estime que chacun doit pouvoir recycler ses propres déchets plastiques à son échelle, pour les transformer dans des objets du quotidien qui peuvent avoir plusieurs usages.
Lancé dans un esprit open source dès l’origine du projet, Precious Plastic met à la disposition les plans d’une machine de recyclage du plastique. Chacun peut construire sa propre machine pour fabriquer des objets variés à partir de plastique recyclé. Chacun peut également apporter une amélioration au projet pour l’enrichir.

La promesse de Precious Plastic

Precious Plastic s’efforce de respecter 4 principes :

1- Modulaire
Les machines sont constituées exclusivement de composants qui peuvent être réparés, remplacés ou personnalisés.

2- Open source
Les documents et tutoriels pour les machines resteront toujours en libre accès , pour tout ceux qui souhaitent accéder à cette technologie.

3- Inclusif
En utilisant des matériaux, outils et composants basiques, les machines peuvent être construites partout dans le monde, sans exclure personne.

4- Build Yourself
Des séries de vidéos tutoriaux faciles à suivre ont été conçus pour permettre à chacun de construire sa machine.
Un bricoleur confirmé mettra 2 jours à construire sa première machine.

Tutoriels pédagogiques de Precious plastic

Le modèle économique

Le projet Precious Plastic a été lancé sans considérer un modèle économique, ce qui rend le projet exotique surtout qu’il a trouvé finalement trouvé son modèle sans vraiment avoir du le chercher.
En effet, depuis 2013, Precious Plastic a su séduire un public large désireux d’augmenter le recyclage du plastique, partout dans le monde. Un écosystème s’est mis en place, en respectant l’esprit open source initial. Une partie des bénéficiaires du projet Precious Plastic reverse un don financier, parfois de façon régulière. Precious Plastic est sollicité par des organisations dans le monde entier pour mettre en place des machines localement, des projets de récupération de déchets et de création d’objets. Ces opérations financent également Precious Plastic.
Dave Hakkens  vient également de remporter le prix Famae.

Les bénéfices.

La communauté

Precious Plastic rassemble une communauté de plus de 40.000 personnes dans le monde qui contribuent à développer la technologie, à la faire connaître ou simplement à fabriquer des objets avec les machines. Certains membres  proposent la vente de machines. Une place de marché a été créé pour la vente des produits fabriqués.

La pédagogie.

Construire une machine de recyclage Precious Plastic, constitue un projet pour des groupes de personnes – étudiants, familles, groupes de bricoleurs,… Ces actions de groupe permettent de mettre l’accent sur le problème du recyclage du plastique.

Le recyclage.

Par les nombreuses initiatives de recyclage qu’elle a généré – plus de XX.000 machines estimés dans le monde – Precious Plastic peut générer un effet réel sur la baisse des déchets plastique dans l’environnement. Certains possesseurs de machines récoltent les plastiques, sur les plages par exemple, pour réaliser de nouveaux objets.

La créativité.

Des artistes se sont également emparés de la machine pour créer des oeuvres insolites. Nous avons ainsi rencontré le français Johé Bruneau, qui a conçu Vegan Ivory, oeuvre de plastique recyclé, intégralement fabriqué avec une machine Precious Plastic.

Oeuvre Ivory Vegan par Johé Bruneau.

Les machines

  • Shredder machine ou la déchiqueteuse.
    Les déchets plastiques sont broyés et déchiquetés en paillettes qui seront ensuite utilisés dans les autres machines pour créer de nouveaux objets. Il est possible de sélectionner la taille des paillettes en changeant le tamis à l’intérieur. Cela permet de créer des objets avec des motifs et des process différents.
  • Machine à extrusion

L’extrusion est un process continu où les paillettes sont insérés dans un contenant et extrudé en une ligne de plastique. Ces lignes peuvent être utilisées pour fabriquer un nouveau matériau comme les filaments pour l’impression 3D, ou des granulés de plastique pour un moule qui pourront être utilisés de façon variée et créative.

  • Machines à injecter.

Les paillettes de plastique sont chauffées et injectées dans un moule. C’est un process relativement rapide qui est adapté pour créer des petits objets en série. Il est possible de créer les moules soi-même en utilisant des moulins CNC, ou juste par soudure.

  • Machine à compression

Le plastique est chauffé dans le four et pressé doucement dans un moule avec une presse. Adapté pour créer des objets plus grands et plus résistants, le four est lui même une belle machine pour prototyper et fabriquer des tests.

Allez-vous devenir un recycleur de plastique vous aussi ? Envoyez les photos de vos objets – ou oeuvres !