19/6/2018

La production de plastique en forte augmentation dans le monde

En dépit des critiques unanimes sur les dégâts causés par le plastique dans l’environnement, et dans l’océan en particulier, Plastics Europe, la fédération des industriels du secteur révèle que la production de plastique a connu une croissance de 3,9% en 2017 dans le monde, avec 348 millions de tonne. Comment comprendre ce niveau de croissance ?

Le développement rapide du plastique date des années 1950. Depuis 2000, la production a quasiment doublé. Avec 7,8% de croissance en France en 2017, la France se situe devant la moyenne européenne à 3,4%. La Chine représente désormais 30%  de la production mondiale.

L’évolution de la production de plastique dans le monde.

Partout dans le monde, la croissance de la demande du plastique vient principalement de l’automobile et des équipements électriques et électroniques. Cependant l’emballage, notamment avec les bouteilles en PET, représente le plus gros volume avec 40% en Europe (et 46 % en France).

Au même moment, les individus sont de plus en plus sensibles à cette pollution plastique, et les états prennent des mesures d’interdiction pour les produits jetables à base de plastique, comme la vaisselle jetable (à partir de 2020), les pailles ou les bâtonnets alimentaires.

Quelle est la solution pour limiter ces déchets plastique ?
Changer les comportements des consommateurs ? Accélérer le niveau de recyclage ? Produire différemment, notamment avec la valorisation des déchets ?

Notre conviction c’est qu’il faut combiner des solutions multiples pour répartir le stress sur des ressources variées.

Il n’existe pas un matériau miracle unique, type bioplastique, qui pourrait résoudre le problème des déchets plastique dans l’environnement.
D’ailleurs si cette solution existait – algue, écaille, maïs ou canne à sucre par exemple – elle générerait immédiatement un stress fort qui bouleverserait la ressource concernée.

Le bioplastique représente environ 1% de la production totale du plastique – 320 Millions de tonnes en 2017 dans le monde.
La production de bioplastique devrait passer de 2,05 Millions de tonne en 2017 à 2,44 Millions de tonne en 2024.


En 2017, les polymères biodégradables représentent 44% du total des polymères biosourcés.

Le PLA (polylactic acide) et le PHAs (polyhydroxyalkanoates) sont les deux principaux biopolymères représentent la plus grosse partie du plastique éco-sourcée et dégradable produit. La production du PLA devrait augmenter de 50% d’ici 2022.
Le packaging représente 60% des applications des bioplastiques (1,2 million de tonnes). (source : european bioplastics).

Les terres cultivées utilisées pour fournir la matière première pour la production de bioplastique représente environ 0,82 hectares en 2017, ce qui représente moins de 0,02% des terres cultivées. Même en prenant en compte la croissance de la production du bioplastique dans le monde ces prochaines, années, cette proportion restera à ce niveau très bas. On voit bien qu’il n’y a pas de compétition entre les terres destinées à l’agriculture et celles utilisées pour la production du bioplastique.

Basée dans la région de Marseille, l’entreprise Eranova a ainsi développé un bioplastique à base d’algues destiné notamment à la fabrication de sacs alimentaire.
Ce projet de plastique biodégradable semble vertueux et il pourrait surement participer à la réduction des déchets plastique dans l’environnement.

Cependant quelle serait la conséquence sur la ressource algue quand son exploitation industrielle exigera des quantités toujours plus importantes ?
Sans aucun doute, l’algue fait partie des solutions à développer. D’autres innovations doivent compléter le panel.

L’écaille peut-elle en faire partie avec la SCALITE ? Une histoire à suivre de près.